f
s
Télécharger les images d'écran En De Fr Ru

Walter Blake est en contact,
le capitaine de La Légion Noire.

Nous retenons le dernier avant-poste sur Utopia.
On a un vrais enfer ici!

J'ai besoin de ton aide. Laisse tes coordonnées,
et je te contacte, quand le temps vient.

L'histoire de Blake

C'était la fin du cinquième jour dans la chambre de décompression. Le travail sur le corps de Walter Blake était presque achevé : ses muscles avaient été chargés d'une puissance surhumaine, la vitesse de ses réflexes multipliée, son squelette avait été rendu plus résistant que le métal et ses aptitudes psioniques avaient atteint un niveau phénoménal. Encore un peu de temps et il deviendrait le guerrier parfait, une entité de combat comme on n'en avait jamais vu sur cette planète, et peut-être même dans tout l'Univers...

Pour l'heure, il était plongé dans un profond sommeil. Le souvenir des dernières années ne le quittait pas et se manifestait sous la forme de terribles cauchemars. Son arrivée sur Utopia avec la foule des réfugiés, les visages grimaçants des émeutiers, la lueur aveuglante sur l'horizon... Les dunes fumantes, les ruines d'acier noircies... Ses camarades de la Légion noire qui se jetaient, vague après vague, dans des assauts sans espoir... La multitude des soldats d'acier du Dominion qui l'encerclait... L'ordre de lancer le projet A.R.E.S... La base située sur un île déserte dont il avait reçu le commandement et les expériences sans fin... La douleur quotidienne qui était le prix à payer pour de nouveaux pouvoirs... La difficile décision de passer au stade final de la transformation et l'intérieur sombre de la chambre de décompression...

Il se réveilla en sursaut, comme si l'on avait allumé toutes les lumières. La narcose disparut en un instant et sa conscience fut parfaitement claire. Blake comprit que le processus était achevé. La douleur s'en était allée, son corps débordait de puissance et ses sens étaient plus aiguisés que jamais. N'ayant nullement l'intention d'attendre que le compte à rebours s'achève, il tendit la main et poussa sur la porte de la chambre. Le métal plia sans peine, comme de la glaise humide et la vitre émit un pauvre craquement. Après avoir retiré tous les capteurs dont son corps était bardé, il se leva avec précaution.

Il croisa alors les regards inquiets de ses subordonnés. La tension était palpable. Ce n'était pas à cause de l'expérience, car elle avait dépassé toutes leurs espérances. Mais pendant que Blake était inconscient, la base avait perdu tout contact avec le QG de la Légion noire. Plus aucun message du général Kurbatov n'était parvenu et les communications étaient dans le chaos le plus complet sur toutes les fréquences. Le soldat ultime était prêt, mais il n'avait plus de commandement. Il était seul, contre une planète entière...